CONFERENCES

En France nous sommes très en retard concernant ce regard que nous portons sur l’autre et ça se manifeste principalement dans le milieu du travail. Car voir l’autre différemment suppose de ne plus en avoir peur, de savoir lui parler et l’approcher et de considérer que s’il a quelque chose en moins, il a aussi quelque chose en plus que nous valides, n’avons jamais… Tant que nous considérons la compassion, la pitié ou le devoir d’aller vers l’autre différent nous ne pouvons lui faire une autre place que celle de notre charité. Changer son regard, c’est sortir de cette logique.

Tanguy
Fils d’un entrepreneur, il sait qu’il avait ça en lui. Il a donc fait un DESS d’entreprenariat à la Sorbonne et du tir à la carabine depuis l’âge de sept ans… Ce n’était pas tellement le tir à la carabine qui l’intéressait, mais plutôt le sport de haut niveau. Quand il parle de gagner, il parle de la joie d’une qualification avec sa famille, ses amis, ses compagnons sportifs. Il est heureux qu’ils soient fiers de lui et tout ça n’a pas de rapport avec le handicap, mais plutôt avec sa joie sans prétention d’accéder à quelque chose qu’il a désiré.

Changer de regard sur la différence

Une société change et fait des lois quand le regard de ses citoyens change…
C’est toujours la communauté majoritaire qui en bougeant de façon solidaire avec  la minorité opprimée, déclenche le changement. D’où l’importance de faire réfléchir, de faire regarder autrement les choses.

C’est parce que des blancs civils ont décidé que les noirs ne devaient plus être enchaînés que l’esclavage a disparu. C’est quand les hommes seront conscients majoritairement de l’oppression physique, morale, intellectuelle, sociétale et personnelle des femmes et que ça sera pour la majorité d’entre eux un scandale que les situation des femmes changera. Il en va de même pour le handicap. Une société qui ne reconnait pas l’autre différent et injustement stigmatisé ne fait pas de lois pour le défendre, pour lui accorder une accessibilité au travail, à la vie, à sa mobilité quotidienne… 
Les lois s’accordent à une société et non l’inverse. Avant d’être des lois, des évidences, les injustices sont des prises de conscience, des idées qui se propagent…
Et d’ailleurs Victor Hugo le dit bien: on ne peut rien contre le pouvoir d’une idée dont l’heure est venue…

Un programme de conférences est disponible pour les médiathèques, les collèges et lycées, ou les entreprises qui en font la demande.

Nous intervenons par exemple pour présenter le projet Etre Beau avec une projection des photos et une conférence avec la photographe et l’auteur.

Frédéric
Il s’invente un avenir à pas de géant. Il n’efface pas le passé, il le surpasse ; il ne gomme pas l’accident, il le transcende. Il est différent de ceux qui n’ont que cette réalité-là depuis toujours. Ce qui nous touche en lui, c’est qu’il est nous parce qu’il fut nous. En cela, il est très impressionnant. Il sait le vent sur le visage quand on court, il sait le frisson du corps en nageant quelques brasses pour rejoindre le bord, il sait l’étreinte, le saut, la liberté des corps. Alors pour retrouver tout ça, il invente et découvre des sensations qu’il n’a pas connues avant.

Conférences en entreprise

L’autre, cet être soudain différent ?

Maladie, handicap, tout ce qui différencie l’autre de « la plupart des autres » modifie nos relations, notre comportement, notre demande à son égard et notre jugement. Comment appréhender l’autre quand il n’est pas ou plus comme la plupart des salariés de l’entreprise ?

C’est dans cette différence que s’exprime notre acceptation, notre refus, l’image que nous avons de l’autre et de nous mêmes. Comment accueillir celui que nous ne connaissons pas ou que nous ne reconnaissons plus ?

Amel
« Pour moi, la beauté ne se résume pas qu’au physique, même si je pense qu’elle a quand même son importance de nos jours à cause des magazines, de la télé, etc. On nous fait croire que si on est beau, on peut tout faire… Moi, je pense que tout ça c’est superficiel. Je crois qu’une personne doit tout d’abord être belle de l’intérieur. Si elle a une belle âme, elle apparaîtra magnifique aux yeux des autres et on ne fera pas attention à son physique même s’il n’est pas avantageux. »

Dans les collèges et les lycées

Dans les collèges et les lycées nous travaillons à partir du livre Etre Beau ou d’autres ouvrages de Frédérique Deghelt concernant le handicap, Libertango, publié chez Actes Sud, une fiction racontant la vie d’un chef d’orchestre handicapé, ainsi que Cassée, publié chez Actes Sud Junior.

Le travail se fait en lien avec les professeurs de français, les CDI ainsi que les élèves différents de l’établissement que nous intégrons dans nos conférences en les faisant témoigner sur leur vécu.

Certains de nos modèles font eux aussi des conférences sur leur histoire, sur leur parcours. Si vous désirez les faire intervenir, nous contacter.

Contactez-nous pour organiser une conférence